Envisager la reconversion...

... En version holistique.


Pour certains, le confinement s'est révélé être le moment parfait pour faire le point et, quand on s'assoit et qu'on s'accorde le temps de penser calmement, on se rend parfois compte que ce que l'on fait ne nous plaît pas vraiment. Voire ne nous plaît pas du tout.


Peut-être as-tu eu cette illumination : tu n'aimes pas ton travail.


Ou alors tu ne l'aimes pas, mais tu ne le détestes pas non plus et passes tes journées dans une sorte de transe indifférente, ni vraiment agréable, ni vraiment désagréable.


Certains me disent qu'ils savent faire la part des choses et que ça ne les gêne pas d'attendre la fin de journée, la fin de semaine ou les vacances pour profiter de leur temps libre, car il faut bien gagner sa vie, préparer sa retraite, etc.


J'ai beaucoup de mal à accepter cette vision des choses, aussi réaliste soit-elle.


Je sais bien que dans notre sociét, on nous rabâche qu'il faut mettre de l'argent de côté, qu'il faut bien cotiser pour sa retraite, qu'il faut choisir un boulot qui paye bien, qui apporte de la stabilité, une sécurité et une stabilité à tous les niveaux. Quelques points en plus si cela vous apporte un réseau professionnel dense et bien placé.


Mais si tu n'es pas heureux.se ?





La question du bonheur peut être compliquée à aborder alors je vais reformuler : et si vous n'es pas satisfait.e de votre quotidien ? Et si tu t'ennuies ? Si tu rechignes à aller au travail tous les matins ? Si tu te sens dépassé.e, bouleversé.e, voire complémentèrent épuisé.e, mentalement et physiquement, à l'idée de retourner travailler après ton week-end ou tes vacances ?


Pendant longtemps j'étais comme ça, moi aussi, persuadée qu'il fallait attendre le week-end pour faire quelque chose qu'on avait vraiment envie de faire, d'attendre les vacances (scolaires, dans mon cas) pour vivre librement.


Aujourd'hui, je trouve que c'est du temps perdu.


Je ne vous juge absolument pas, si c'est comme cela que vous passez vos journées, vos semaines, et que vous en êtes pleinement satisfait(e)s. Certain.e.s d'entres vous me trouverons présomptueuse, idéalise et irréaliste. C'est juste que ça ne fonctionne pas pour moi, ce rythme là.


Et peut-être que ça ne fonctionne pas pour toi non plus.


(Si ça t'intéresse, tu trouveras plus d'informations sur mon parcours dans cet article)


Dans mon ancien travail (avant de devenir indépendante, j'étais enseignante), je n'étais pas satisfaite : mes journées ne me plaisaient pas et je n'avais pas envie de me lever pour aller travailler le matin. Les choses qui me faisaient le plus plaisir étaient les sorties scolaires, les projets un peu spéciaux, et les soirées avec les copains profs (voire, parfois, les soirées passées seule, tranquille, chez moi, ou les jours fériés quand je savais que je n'avais pas besoin d'aller travailler). Dès le mois de décembre, je ne voulais plus y retourner.


Et quand on en arrive là, ou quand on en arrive à l'épuisement professionnel / burn-out, à la dépression, à l'angoisse, l'anxiété ou au stress chronique, je crois qu'il peut être intéressant de se poser la question de la reconversion.


Mais c'est effrayant, parfois, d'imaginer se reconvertir.





Cela veut dire quitter la sécurité de son emploi actuel où tu as peut-être un salaire confortable ou du moins qui tombe tous les mois . Se reconvertir, c'est quitter un environnement connu, maîtrisé ; quitter des collègues avec qui tu t'entends bien, qui sont peut-être des amis ; quitter un rythme que tu connais, auquel ton corps et ton esprit sont habitués ; quitter des repères et ta zone de confort ...


La liste est longue mais, en résumé, pour beaucoup se reconvertir c'est un peu se jeter dans l'inconnu.


Souvent, on ne sait pas ce que l'on veut faire ou ce que l'on peut faire. Si ce que l'on voudrait faire (depuis longtemps, comme cette idée d'ouvrir un salon de thé, une librairie ou une maison d'hôtes qui vous trotte dans la tête ces dernières années) est viable, si cela peut fonctionner. Souvent, on envisage nos idées comme des rêves d'enfants qui ne sont pas faits pour être réalisés. Souvent, on se contente de quelque chose de médiocre, au sens de peu épanouissant, de peu satisfaisant, sans réellement oser s'autoriser à rêver plus grand. Sans s'autoriser à réaliser ces rêves, ou au moins à essayer.


Alors oui, la reconversion ça se travaille et parfois, même quand on a tout prévu, ça ne se passe pas comme on le pensait. En fait, ça se passe rarement comme on le pensait, mais ce n'est pas pour cela que ça se passe mal.


J'ai fait la liste de ce que tu pourrais perdre, en décidant de te reconvertir, mais il y a beaucoup plus de choses que tu pourrais gagner :


  • tu vas prendre le temps de réfléchir et d'apprendre à mieux te connaître car c'est le premier pas vers une reconversion réussie ;

  • tu vas tu vas être obligé(e) de faire un bilan, et pas seulement de compétences. Il va falloir que tu réfléchisses à ce que tu aimes faire, à tes rêves, à la vie que tu veux construire et mener, aux domaines où tu excelles, aux gens dont tu veux t'entourer... et bien d'autres choses qui vont te permettre de remodeler ta vie selon tes envies profondes ;

  • tu vas faire un grand tri, suite à ce bilan, et il n'y a rien de mieux qu'un nettoyage profond de nos environnements intérieurs et extérieurs pour repartir du bon pied ;

  • tu vas devoir penser outside the box afin de trouver ou de créer quelque chose qui te correspond vraiment ;

  • tu vas devoir apprendre et assimiler de nouveaux savoirs, de nouvelles compétences, et te montrer débrouillard(e). En gros, sortir de ta zone de confort ;

  • tu vas rencontrer de nouvelles personnes, faire face à de nouvelles situations, et tu vas grandir ;

  • tu vas créer un métier, une situation qui te correspond, qui correspond à tes passions et, même si ça ne sera pas facile tous les jours, tu n'iras plus au boulot, de bon matin, à reculons.


Est-ce que ça te fait envie ? Est-ce que tu es prêt(e) à sauter le pas, ou ne serait-ce qu'à l'envisager ?


Si tu as besoin d'en discuter, ou d'être accompagné(e) sur ce chemin, n'hésite pas à faire un tour sur mon site ou à m'envoyer un message. Si j'en suis ici aujourd'hui, c'est parce que j'ai traversé ce que tu t'apprêtes à vivre, et je serais ravie de pouvoir t'aider.


Passe une belle journée et je te dis à bientôt,


Pauline.


0 vue
  • Black Instagram Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon